5.5.17 par Florian Monkam







A propos de l’auteur

Robert Kyosaki est un entrepreneur américain spécialiste du développement personnel. A travers ses œuvres,

tel que le best-seller père riche père pauvre, l’auteur met en avant les concepts suivants :


- L’éducation financière,

- L’entreprenariat,

- La formation commerciale et marketing,

- L’investissement.


Résumé rapide

Père riche père pauvre est la vraie histoire de Robert Kyosaki qui raconte son histoire et sa relation avec ses

deux pères :


- Le père « pauvre » (son père biologique) : diplômé et salarié dans la fonction publique qui laissera à sa mort un

petit héritage et des dettes impayés.

La devise du père pauvre était : Mon fils, travailles fort à l’école et tu auras un bon job et une retraite assurée.


- Le père « riche » (son mentor) : non diplômé, entrepreneur et investisseur qui deviendra l’un des hommes les

plus riches d’Hawaï et laissera à sa mort un véritable empire

La devise du père riche était : Mon fils travailles pour apprendre un métier ou un domaine qui te permettra de

créer une entreprise et ta propre richesse et de ne plus travailler pour l’argent mais de faire en sorte que l’argent

travaille pour toi.


Vous trouverez ci-dessous les principales leçons à en tirer de ce livre :


1- Les « riches » ne travaillent pas pour l’argent

La première leçon est de savoir comment utiliser son temps et son « mindset » au mieux pour atteindre la liberté

financière?


La différence entre une personne souhaitant atteindre la liberté financière et quelqu’un qui ne se donne pas les

moyens d’y parvenir réside en la capacité de se projeter et de se poser les bonnes questions pour anticiper les

problèmes futurs de la vie. Pour l’auteur le salariat est une solution à court termes, permettant de payer un loyer

et se nourrir. Sur le long terme le salariat peut être un problème et mène à se poser la question

suivante :


« Vais-je devoir travailler toute ma vie 35 ou 40 h par semaine dans l’espoir d’avoir une retraite improbable? »


Pour l’auteur l’entreprenariat est la voie royale vers la liberté financière. Au-delà de l’aspect financier, cette voie

permet de mettre son esprit en phase d’apprentissage continue. La véritable motivation au travail se trouve dans

la recherche de l’apprentissage permanent et dans les leçons que vous tirerez de vos expériences. En d’autres

termes, travailler pour l’aspect financier n’a pas de réel intérêt. Le plus important sont les compétences que vous

allez acquérir lors de cette période d’ « apprentissage salariale » et dont vous vous servirez pour bâtir votre

propre business à moyen termes.


2- Actif Vs. Passif

La deuxième leçon est la différence entre actif et passif. Dans son livre, Robert Kyosaki expose le fait que le

système éducatif actuel ne nous enseigne pas l’éducation financière. Cette dernière nous pousse au formatage

et nous pousse inconsciemment dans le cercle économique de consommation qui est le suivant :


Travail => Paie => Consommation => Travail => Paie => Consommation, etc…


Ce cercle économique est appelé la course de rat (rat race en anglais), selon Robert Kyosaki et reflète en

quelque sorte notre rapport par rapport au travail et l’éducation financière.

La première étape pour sortir de ce cercle économique, appelé rat race est de comprendre la différence entre

un actif et un passif.


- Actif : C’est quelque chose qui permet de générer un revenu

- Passif : C’est quelque chose qui oblige à dépenser de l’argent


Ainsi, la cause principale du grand nombre de personnes engagées dans cette rat race est l’ignorance de la

différence entre un actif et un passif, qui pousse les individus à consommer encore plus d’éléments passifs sans

s’en rendre compte.

L’exemple le plus emblématique pour l’auteur est la résidence principale (Maison, Appartement). Contrairement

à ce que beaucoup de gens pensent la résidence principale n’est pas un actif, mais un passif car cette dernière

engendre une dépense mensuelle.

Par conséquent, nous comprenons que pour sortir de ce cercle économique il est important d’accumuler des

actifs, générateurs de revenus, plutôt que des passifs.


3- L’entreprenariat et l’investissement

Robert Kyosaki dit dans son livre :


« A quoi cela sert-il de vouloir gravir les échelons de l’entreprise quand vous pouvez posséder l’entreprise ? »


Selon Robert Kyosaki, les deux voies pour atteindre l’indépendance financière sont :


- la création de business,

- l’investissement dans des actifs.


Robert Kyosaki a lui-même opté pour ces 2 voies. En effet il a investi beaucoup d’argent dans l’immobilier à une

époque où les prix étaient très bas ce qui lui a permis de devenir rentier en l’espace de quelques années

seulement. Par la suite il a quitté son emploi afin de créer sa propre affaire.

De par son expérience, nous comprenons qu’il est important d’épargner et investir très tôt afin de générer des

revenus passifs à moyen termes (voir à court termes selon le type d’investissements).


4- Création de business – Les principaux avantages

En étant chef d’entreprise (petite ou grande) l’argent gagné via votre business est dépensé pour ensuite payer

les impôts.

En tant que salarié (la plupart d’entre vous, dont moi-même, se reconnaissent surement) l’argent gagné sert à

payer les impôts pour ensuite être dépensé. Cette grande différence explique la différence de processus

d’atteinte de liberté financière entre un salarié et un chef d’entreprise.

Cependant, selon Robert Kyosaki, devenir entrepreneur et chef d’entreprise requiert des compétences en

finance, comptabilité, marketing, investissement, indispensables pour développer votre QI Financier.


5- Différents types d’investisseurs

Selon Robert Kyosaki, il existe 2 types d’investisseurs : celui qui achète des packages d’investissement (produits

financiers et placements délégués en gestion) et celui qui s’occupe de ses propres investissements, ce dernier

identifie les opportunités d’affaires et connait les différentes méthodes de financements et de levée de fonds.


Par ailleurs il des aptitudes lui permettant de déterminer, très rapidement, si un investissement est rentable ou

non et parvient à mesurer le degré de risque qu’il doit prendre afin de saisir l’opportunité.


6- La spécialisation est un frein vers l’indépendance financière

Selon Robert Kyosaki, la spécialisation dans un seul domaine restreint, est le principal frein à l’indépendance

financière. L’auteur préconise d’adopter la loi de Pareto en maîtrisant uniquement 20% des compétences

rapportant 80% de la valeur ajoutée de chacun des domaines que vous ciblez.

Par exemple, un entrepreneur devra maîtriser uniquement 20% des domaines suivants, afin d’en tirer 80% de

valeur ajouté :


- La gestion de la trésorerie

- Le management d’équipe

- La vente et le marketing


7- Le passage à l’action est la meilleure arme

Robert Kyosaki, partage à travers son livre, les 7 actions à mener pour atteindre cet objectif de liberté :

- Faire un bilan de soi-même,

- Être à la recherche de nouvelles idées,

- S’inspirer de personnes ayant réussi,

- Se former en permanence,

- Être proactif,

- Être vif,

- Voir grand (Plus grand que ce qu’on prétend vouloir).